La sophrologie

 

La sophrologie est une discipline et une pratique du domaine des sciences humaines. Elle a été créée en 1960 par un neuro-psychiatre espagnol, le Docteur Alfonso CAYCEDO, à l'Hôpital Provincial de Madrid, dans le cadre de la psychiatrie hospitalière.

 

Elle s’est tout d'abord développée dans le milieu médical pour s’étendre ensuite aux domaines du sport, de l'entreprise, du développement personnel, puis au champ social et de l'éducation.

 

La sophrologie utilise une méthodologie originale, un ensemble d'exercices pratiques et une pédagogie active centrée sur la personne, favorisant l'échange et l'interaction.

 

La pratique de la sophrologie vise à développer la connaissance de soi ; elle permet de mobiliser de façon positive les capacités et ressources qui existent en tout être humain dans un objectif d’autonomisation et d'épanouissement personnel.

Le travail du sophrologue

  • La démarche

- Le sophrologue élabore un projet d'accompagnement non directif, basé sur une écoute active et bienveillante, adapté aux souhaits et besoins de chacun.

- Il accompagne les publics vers une meilleure qualité de conscience, tout en renforçant les capacités de bien-être, d'adaptation et d'évolution permettant de gérer efficacement les difficultés.

- Le travail mené par le sophrologue privilégie l'expérience vécue et l'autonomie de chaque personne. Le sophrologue transmet des techniques et méthodes qui pourront être utilisées par la suite, de façon autonome, dans la vie quotidienne de chacun.

   "Les seules connaissances réelles sont celles découvertes

    grâce aux questionnements et à l'expérience".                 Carl ROGERS

  • Le déroulement d'une séance

Le vécu d'une séance est une expérience favorisant un processus de découverte, d'évolution et d'intégration dans lequel chaque personne apprend à se connaître et à faire appel à ses propres ressources. 

Qu'il s'agisse d'une séance individuelle ou collective, les étapes sont sensiblement identiques : 

- un temps d'accueil et d'échanges où l'on fait le point sur la séance précédente

- une phase de sensibilisation sur un thème (phase interactive) puis d'information sur le déroulement de la pratique

- une phase de pratique proprement dite (une ou plusieurs techniques proposée(s) par le sophrologue)

- un moment consacré à l'expression des vécus, suite à la pratique. Ce moment d'expression et d'échanges est laissé au libre choix de chacun. Il favorise l'intégration de l'expérience vécue et permet au sophrologue de poser des jalons pour son travail d'accompagnement.

  • Les techniques proposées

- La sophrologie fait appel à des techniques psycho-corporelles, basées sur l'écoute du corps et la visualisation mentale

- Les exercices sont accessibles à tous. Le sophrologue propose un protocole et des techniques modulables, dans le respect d'autrui. Ce principe d'action positive est essentiel car il permet à chacun d'adapter la pratique proposée et ainsi de s'autonomiser en étant à l'écoute de son ressenti.

- Pour chaque technique, les postures sont variables, le plus souvent assises ou debout, parfois allongées. Elles sont suggérées par le sophrologue et ne revêtent aucun caractère obligatoire.

- Le sophrologue propose à la fois des "techniques  spécifiques" (parmi lesquelles des exercices de respiration, de visualisation, des relaxations...) et des "relaxations dynamiques". Ces dernières, s'inspirant de pratiques orientales telles que le yoga ou la méditation, permettent de travailler sur un certain nombre de facteurs (l'écoute du corps, l'image du corps, la concentration, la respiration, la prise de recul, etc.).

- Les "techniques spécifiques" permettent de répondre rapidement à des besoins précis ; elles aident également toute personne à se mobiliser de manière positive dans sa relation au passé, au présent et au futur.

- Les "relaxations dynamiques" font appel à un travail de fond, sur la durée, favorisant un processus de découverte, de développement et d'intégration des facteurs abordés. Elles visent à la mobilisation des capacités de chacun et au développement d'une plus grande qualité de conscience de tous les phénomènes vécus par une personne.

Si l'on prend l'exemple de la respiration, "tout le monde respire mais tout le monde n'a pas le même degré de conscience ou de maîtrise de sa respiration ; Ce facteur "respiration" pourra apparaître intéressant à travailler dans le cadre de thèmes comme la vitalité, la gestion du stress, la performance sportive ou la préparation à la maternité" (Norbert CASSINI).

Quelques idées reçues

 

La sophrologie n'est pas...

 

  • Une simple "boîte à outils" permettant de se détendre, de gérer son stress, etc. La sophrologie utilise des outils et des techniques, mais au-delà de cet aspect, la sophrologie est avant tout une démarche à travers laquelle chacun va pouvoir mieux se connaître et mobiliser ses capacités de bien-être, d'adaptation et d'évolution. Cette démarche, à point de départ phénoménologique, est aussi importante que les techniques elles-mêmes.

 

  • Une méthode de relaxation : même si la capacité de détente et de récupération est souvent travaillée en sophrologie, la relaxation n'est pas une fin en soi. L'objectif est même, au bout d'un certain temps, de ne plus avoir besoin de se détendre.
     

  • De l'hypnose : il n'y a aucune suggestion inductive de la part d'un sophrologue, la sophrologie développe au contraire l'autonomie et la participation active.
     

  • Du yoga : le corps occupe une place centrale dans la démarche sophrologique, puisque le sophrologue propose des exercices psycho-corporels, basés sur l'écoute du corps.  Mais à la différence du yoga, il n'y a en sophrologie aucune posture obligatoire,  ni philosophie, ni démarche spirituelle.
     

  • De l'auto-suggestion : il ne s'agit en aucun cas de voir "la vie en rose" ou de s'auto-suggérer que tout va bien ou mieux. La sophrologie développe au contraire la connaissance de soi, les capacités d'adaptation et d'action en se basant sur un principe de réalité objective.

  • Une psychothérapie : sauf s'il est aussi un professionnel qualifié dans le domaine de la psychologie, un sophrologue n'est pas habilité ni formé pour diagnostiquer et prendre en charge des troubles entrant dans le cadre des psychopathologies. Un sophrologue ne cherche pas à interpréter des symptômes, des ressentis, des vécus ; il ne s'intéresse pas à l'inconscient et ne cherche pas à faire remonter des expériences vécues refoulées. En revanche, un sophrologue pourra intervenir de manière très bénéfique en complément, et souvent en collaboration avec un médecin, un psychologue, ou un psychothérapeute.

 

Pour en savoir plus 

 

Consultez la vidéo d'une conférence sur la sophrologie et le métier de sophrologue, donnée en décembre 2013 par Norbert Cassini, Directeur de l'Ecole Française de Sophrologie de Montpellier et Président de la Fédération des Ecoles Professionnelles en Sophrologie (FEPS) ;

Téléphone : 06 43 17 91 87

© 2017 Maud MERPILLAT       -        Tous droits réservés       -        Mentions légales